Santé

Santé, urgences

Maison médicale secondaire, 13 bis route nationale 55100 CONSENVOYE.

Masseurs kinésithérapeutes : Mme NAMIN DIDIOT/ Mme REMY/ Mlle DIDIOT

Rééducation périnéale


Sur rendez-vous
au
03.29.80.11.53 /
06.30.17.30.37/
06.47.20.44.12.

Histoire

Le nom du village vient de l’époque gallo-romaine (Conzo et vadum : le gué).

La côte dite la Citadelle, à 100 mètres au nord du village, a été occupée dans les temps reculés. Elle a restitué quantité d’objets antiques, entre autres, une superbe lance en bronze trouvée en 1847. Consenvoye parait avoir eu pour berceau l’oratoire de Bétheléville, qui date du VI e siécle. Cependant son nom apparaît seulement pour la première fois en 973 dans une charte de l’évêque Vicfrid. Au long du Moyen âge, le village dépend du chapitre de la cathédrale de Verdun . Il obtient son affranchissement c’est à dire sa liberté en 1578.

Ravagé lors de la guerre de Trente Ans , le village connut ensuite une expansion au 18 e et 19 e siècle, atteignant 800 habitants. La tour de l’église de l’Assomption, classée, date de 1727. Le bâtiment fut reconstruit en 1847 et restauré en 1929. En effet, le village subit les destructions de la première guerre mondiale lors de la bataille de Verdun. Le cimetière militaire allemand, créé par les Français en octobre1920., rénové par le Volksbund en 1928 rappelle aujourd’hui encore cette période tragique du village. Au total 11 148 soldats allemands reposent dans ce cimetière. 2532 corps reposent dans des tombes individuelles et 6177 ont été placés en ossuaire. C’est dans ce cimetière qu’a eu lieu le 22 septembre 1984 la rencontre entre le chancelier allemand Helmut Khol et le président de la république française François Mitterrand.

Reconstruit après la guerre, le village connait alors une lente dépopulation avec la mécanisation agricole et la disparition de la sidérurgie lorraine qui procurait du travail .

Présentation de la commune

Notre commune

mairie-recoupeeConsenvoye se situe dans la moitié nord du département de la Meuse qui appartient lui même à la région lorraine. Il s’étend sur un territoire de 1585 hectares, offrant des paysages variés. De la vallée de la Meuse à 181 mètres d’altitude, on s’élève lentement dans des coteaux agricoles avant de parvenir à des collines boisées à 382 mètres au point le plus haut. Cela correspond à la région topographique de la vallée de la Meuse qui a entaillé le plateau calcaire des hauts de Meuse. Cette large vallée est un axe de transport dans lequel on trouve le canal et la route départementale 964. Le gué qui existe au niveau du village a permis le développement d’un axe transversal qui fait communiquer la plaine de Woêvre à l’Est avec le pays d’Argonne à l’Ouest.

Administrativement, le village appartient au canton de Montfaucon et à l’arrondissement de Verdun. Depuis, il fait partie de la Communauté de Communes de Montfaucon.

Le village compte actuellement 284 habitants. Après avoir connu une baisse, la population s’est stabilisé depuis 1980. La population active compte 116 habitants. Plus d’un actif sur deux travaillant dans le secteur tertiaire.
Les classes d’âges les plus jeunes sont majoritaires. On assiste en 2006 à une forte régression de la classe d’âge 60 à 74 ans

Les ménages
Depuis 1970, le nombre des ménages reste stable. Malgré une baisse de la population on enregistre 5 ménages supplémentaires. La taille des ménages diminue depuis les années 70

La population active
La population active reste stable avec 165 actifs (population entre 15 et 64 ans), ce qui représente 70% de la population totale. Le chômage est en légère baisse (4, 8 %), un taux inférieur à celui du canton. Plus d’un actif sur deux travaille dans le secteur tertiaire (services). Le secteur agricole employant encore un quart des actifs.